Marie Padilla

<b>Boris Johnson, le « Project Homer » et la désignation des nouveaux membres de la Chambre des Lords : un dernier Cheval de Troie lancé à l’assaut du parlementarisme britannique</b> </br> </br> Par Marie Padilla

Boris Johnson, le « Project Homer » et la désignation des nouveaux membres de la Chambre des Lords : un dernier Cheval de Troie lancé à l’assaut du parlementarisme britannique

Par Marie Padilla

La nomination par Boris Johnson d’une cinquantaine de Lords favorables aux conservateurs semble être une tentative pour imposer une majorité conservatrice au sein de la Chambre des Lords. Cette tentative, désignée sous le nom de « Project Homer », est l’occasion de se pencher sur les conséquences